Articles de presse

Logement social en Île-de-France – L’AORIF fait le point

le 14/02/2019


La nue-propriété étant un des leviers permettant la construction de logements sociaux, il est intéressant de porter un regard attentif sur le monde du logement social et ses évolutions
. Le 24 février dernier, l’AORIF (Association Organismes Région Île-de-France) de logement social a publié des chiffres concernant le logement social en Île-de-France, les besoins en logement abordable sont immenses : plus de 720 000 demandeurs sont aujourd’hui en attente d’un logement social – jeunes, familles, salariés, personnes âgées… – alors qu’il n’y a eu que 73 890 attributions en 2018. Le fossé est abyssal.

L’AORIF – Qu’est-ce que c’est ?
L’Union sociale pour l’habitat d’Ile-de-France est l’association professionnelle regroupant les organismes Hlm œuvrant en Ile-de-France et adhérant à l’une des fédérations de l’Union sociale pour l’habitat (OPH, ESH, Coopératives d’Hlm et SACICAP). 10 Entreprises publiques locales (EPL) sont membres associés. 136 organismes de logement social adhèrent à l’AORIF. Ils gèrent 1,2 million de logements locatifs sociaux, soit 25 % des résidences principales d’Ile-de-France, et logent près de 3 millions de personnes.

Logement social en IDF, évolution entre 2017 er 2018
En Ile-de-France, la baisse du nombre d’agréments de logements locatifs sociaux, déjà observée en 2017 (30 183 en 2017 pour 35 977 en 2016), s’est poursuivie en 2018 avec 28 830 agréments délivrés dont 8 862 PLAI, 10 602 PLUS et 9 366 PLS (Source : SISAL / DHUP-DRIHL IdF). En deux ans, la production de logements sociaux a chuté de 20% en Ile-de-France.
Il faut remonter à 2014 pour retrouver un nombre d’agréments inférieur à 29 000.

 


Le logement un sujet absent du « Grand débat national »
Dans le cadre du « Grand débat national » lancé le 15 janvier dernier, l’Union sociale pour l’habitat (USH) a produit une contribution, intitulée « Les Hlm, une chance pour la France ». Le logement est un enjeu majeur, particulièrement dans une région comme l’Ile-de-France, pour le pouvoir d’achat qui se trouve au cœur des revendications sociales. Les dépenses de logement se trouvent en effet au premier rang des dépenses dites « contraintes ». Mais force est de constater que, pour l’heure, le logement est très peu présent dans le « Grand débat national », alors que le défi du logement abordable devrait figurer en bonne place dans les débats politiques actuels. Mais espérons que les choses évolueront et que les promoteurs se verront délivrer des permis de construire (même à l’approche des élections municipales) dans lequel des acteurs indépendant comme Nue-Pro Select pourront y monter des opérations en démembrement de propriété et ainsi développer le parc du logement social en Île-de-France et partout ailleurs.